Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

13 août 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

FMBM : une 16e édition énergique

Alain Perez

©Photo FMBM

Plus de 1 600 personnes le samedi pour le festif Alain Pérez et son vaste groupe de musiciens.

Les festivaliers ont encore une fois répondu à l’appel du FMBM et de son pré-festival alors que 15 000 entrées ont été enregistrées sur les 22 différents plateaux qui ont été érigés pour l’occasion du 3 au 11 août.

D’Hubert Lenoir aux Dead Obies, en passant par Alain Pérez et Half Moon Run, les mélomanes tous azimuts auront été comblés par cette 16e édition, malgré une température incertaine qui aura même fait craindre le report du spectacle-signature de l’événement à l’aurore dans le parc national Forillon. Plus de peur que de mal finalement puisque Elisapie a pu offrir sa prestation devant une « salle » comble au Cap-Bon-Ami. Seulement une cinquantaine de personnes sur les 700 qui avaient leur billet se sont désistées. Celles qui ont fait fi de la météo auront tout de même pu profiter d’un moment féérique malgré les averses qui se sont abattues pendant les 90 minutes du spectacle.

« On a poussé l’audace d’arriver à dire qu’on le faisait beau temps mauvais temps. Tout le long du show il a mouillé, mais les gens sont restés. C’est une belle poète qui écrit des belles choses alors ç’a donné une ambiance particulière », explique le directeur général Stéphane Brochu.

Complet le vendredi

Il ne fallait pas trop espérer avoir un billet de dernière minute pour la soirée du vendredi avec Galaxie, Les Louanges et Half Moon Run, qui a affiché complet avec 2 500 personnes sous le chapiteau Hydro-Québec. Il faut d’ailleurs remonter à l’édition 2016 pour retrouver pareil achalandage, lors du spectacle des Cowboys Fringants.

Plusieurs festivaliers ont profité de l’occasion pour aller à la rencontre du populaire groupe montréalais Half Moon Run, qui prépare une vaste tournée automnale qui l’amènera dans plusieurs grandes villes américaines et européennes, dont Los Angeles, New York, Londres, Amsterdam, Berlin, Zurich et Bruxelles.

Rencontré quelques heures avant le spectacle – qui coïncidait avec le lancement de leur nouveau single Then Again – le batteur et claviériste Dylan Philips explique que des amis lui avaient déjà parlé très positivement du FMBM et que la décision de venir jouer à Gaspé n’avait pas été difficile à prendre, d’autant plus qu’il connaissait déjà l’endroit pour être venu camper dans le parc national Forillon il y a 2 ans lors d’un tour de la Gaspésie. « Ç’a été un oui facile! J’adore jouer dans les régions et les plus petits endroits. C’est plus intime et on a la chance d’essayer des choses, prendre des risques et voir comment la foule réagit avec des nouvelles chansons. »

Pour les autres soirées, à noter que 1 800 personnes se sont déplacées le jeudi pour Shantel et l’exubérant Hubert Lenoir, alors que 1 600 y étaient le samedi pour le festif Alain Pérez et son vaste groupe de musiciens. « Ça fait 20 ans qu’ils se pratiquent ensemble et font le tour du monde avec ses 14 musiciens alors c’était vraiment sur la coche. C’était beau à voir et ils avaient assurément une expertise à la hauteur d’un The Cat Empire par exemple », analyse Stéphane Brochu.

Difficile cependant de faire le compte-rendu de toute la programmation avec plus de 130 activités et spectacles au menu, mais celui de Lucibela à l’Auberge sous les arbres a certainement été l’un de ceux les plus appréciés, plusieurs voyant la Cap-verdienne comme l’esprit de Cesária Évora. Un exemple parmi tant d’autres qui démontre que le Festival Musique du Bout du Monde porte toujours bien son nom. « Les arts de la rue et la musique nous amènent à voyager à travers le monde et à confirmer nos racines par une programmation qui inspire à la mixité, à l’intergénération et à l’ouverture, incluant entre autres Lucibela, Nomad’urbains et Illuzaö, K-Iri, Djely Tapa », remarque pour sa part la présidente du FMBM, Sophie Bourdages. Par ailleurs, pas moins de 1 500 festivaliers ont convergé vers la rue de la Reine le dimanche pour assister au spectacle de clôture de Dead Obies.

Autant de chiffres qui font dire à l’organisation que cette 16e édition aura été à la hauteur des attentes et qu’elle devrait atteindre l’équilibre financier, avec un budget global de 1,2 million de dollars. Pas moins de 9 800 personnes ont aussi utilisé les nouveaux bracelets électroniques qui permettaient notamment de prépayer ses consommations, et pour les organisateurs de voir en temps réel les statistiques d’achalandage et de mieux répartir les effectifs aux 12 bars déployés sur l’ensemble du site.

Le FMBM reste aussi un facteur attractif pour les touristes en faisant du Grand Gaspé une destination planifiée et une tradition de vacances dans les deux premières semaines du mois d’août pour des milliers de touristes. Selon la dernière étude d’achalandage et de provenance, plus d’un touriste sur deux (54%) présent à Gaspé pendant cette période est sur place parce que le festival s’y déroule. « C’est assez intéressant comme statistique. Les hôteliers nous disent que les touristes restent de 3 à 4 jours. On se rend compte qu’ils se basent à Gaspé pendant une bonne période et qu’ils en profitent pour découvrir toutes les activités connexes », conclut Stéphane Brochu.

Comme quoi les efforts investis pendant toute l’année et les innombrables heures données par les 250 bénévoles auront porté fruit encore cette année.

Galaxie au FMBM de Gaspé

©Photo FMBM - Destination Gaspé

La groupe Galaxie a précédé Half Moon Run.

Elisapie

©Photo FMBM – Roger Saint-Laurent

Elisapie a pu offrir sa prestation devant une « salle » comble au Cap-Bon-Ami malgré la pluie.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média