Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

31 juillet 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Le projet Galt se poursuit

PROJET GALT - GASPÉ

Junex Pétrole Cuda

©Photo Archives

La date limite pour compléter la transaction a été fixée au 30 août.

La récente sortie du Québec de Cuda Pétrole et Gaz – avec la vente de tous leurs actifs à un acquéreur inconnu –  n’a pas sonné le glas pour le projet Galt, situé à une vingtaine de kilomètres de Gaspé.

Selon l’une de nos sources près du dossier, le projet est maintenu et se poursuit tel que prévu. Les études d’impact sont d’ailleurs en cours présentement et ne se sont même jamais arrêtées, malgré le processus de vente qui est enclenché. La date limite pour compléter la transaction a d’ailleurs été fixée au 30 août et l’on devrait en connaître davantage à ce moment sur l’acquéreur qui demeure anonyme, en raison de clauses de confidentialité.

Dans une entrevue accordée au journal Les Affaires lundi, le président et chef de la direction de Cuda Pétrole et Gaz, Glenn Dawson, a indiqué croire que le projet Galt finirait par se concrétiser un jour, mais que l’occasion s’était présentée à eux de monétiser leurs actifs et que retirer leurs billes du Québec était leur meilleure option de rendement à court terme. Les actifs québécois de l’ex-Junex étaient estimés à 28 millions de dollars selon les derniers états financiers de l’entreprise, alors que la transaction a été conclue pour 10,6 millions. Plusieurs attendent maintenant de connaître l’identité de cet acquéreur mystère, s’il a les reins solides et comment sera déployée la suite dans le cadre du projet Galt. D’ici là, les études d’impact se poursuivent pour traiter de l’ensemble des préoccupations soulevées par la population, suite au dépôt de l’avis de projet et lors des rencontres publiques en Gaspésie. Lorsqu'ils seront compilés, les résultats devraient être présentés tel que prévu au public et aux parties prenantes.

Rappelons que le projet Galt est situé sur le territoire non-organisé de la Rivière Saint-Jean, à environ 20 kilomètres à l’ouest de la ville de Gaspé. S’il se concrétisait, la production maximale pourrait atteindre entre 850 à 3 000 barils par jour et le site pourrait être exploité pendant 40 ans. Une trentaine de puits seraient forés, sans fracturation hydraulique, sur une superficie totale de 14 km2. La quantité maximale de pétrole récupérable est estimée à 15 millions de barils, soit environ 42 jours de consommation au Québec dans l’état actuel des choses.

Commentaires

6 août 2019

Gustave Recof

Pour 42 jours de pétrole on est prêt à scraper 14000 Km2 de forêt pour les 100 prochaines années et risquer de contaminer la nappe phréatique et la rivière York, une rivière à saumons?! On dit simplement NON! aux acquéreurs actuels comme aux futurs acquéreurs. #NonAuPétroleEnGaspésie #NonAuxPuitsPétroliers #RéchauffementClimatique

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média