Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

11 juillet 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Diminution de population anticipée de 9% en 25 ans

Déménagement Valise

©Photo rawpixel.com

Les 90 700 Gaspésiens et Madelinots ne seraient plus que 82 000 d’ici 2041.

En 25 ans, la population de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine pourrait décroître de 9,4%, selon les données publiées aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec à travers ses perspectives démographiques annuelles.

Les 90 700 Gaspésiens et Madelinots ne seraient plus que 82 000 d’ici 2041. Le poids démographique de la région sur l’ensemble du Québec s’effriterait d’ailleurs et passerait de 1,1% à 0,9%. En comparaison, le Bas-Saint-Laurent devrait voir sa population diminuer de 6,4%, celle de l’Abitibi-Témiscamingue se réduire de 0,1% et augmenter de 18,5% à Montréal. Seules quatre régions au Québec devraient connaître une baisse de population de 2016 à 2041.

Incidemment, pour revenir à la Gaspésie, le vieillissement s’accentuerait et la part des 65 ans et plus constituerait plus du tiers (38%) de la population. À l’autre bout du spectre, les 20-64 ans formeraient moins de 50% du bassin démographique de la Gaspésie et des Îles en 2041. L’âge moyen passerait ainsi de 47,6 ans à 52,6 ans, le plus haut taux de toute la province.

Heureusement, des actions ont été mises sur pied pour freiner cette décroissance et tenter de faire mentir les projections. La Stratégie Vivre en Gaspésie chapeaute par exemple depuis plusieurs années déjà une grande séduction pour attirer les jeunes en région et les y faire mettre pied à terre. Depuis deux ans, le solde migratoire est d’ailleurs positif en Gaspésie, ce qui signifie que plus de familles viennent s’établir ici plutôt qu’ils ne quittent la région. En ajoutant l’immigration, les naissances et les décès, le taux d’accroissement annuel était l’an dernier de -0,02%, soit à toute fin pratique le statu quo. Restera à voir si les projections de l’Institut de la statistique du Québec s’avéreront fondées ou pas.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média