Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 juillet 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Unifor n’entend pas se conformer

Autorisation de manifester à Paspébiac trois jours par semaine

©Photo Chaleurs Nouvelles – Roxanne Langlois

Dan Ouellet, le président de la section 1044 d’Unifor, en charge des Crustacés de Gaspé, a interpellé les élus lors de la réunion du 3 juillet dernier.

CONFLIT DE TRAVAIL. Paspébiac sera vraisemblablement le théâtre de plusieurs manifestations au cours des prochaines semaines : le conseil municipal a autorisé la tenue d’un maximum de trois événements hebdomadaires jusqu’au 31 juillet à Unifor, le syndicat qui livre actuellement un bras de fer avec l’actionnaire de Crustacés de Gaspé, Unipêche MDM, suite à la fermeture de l’usine de Grande-Rivière. Ce dernier n’entend néanmoins pas s’arrêter là.

La partie syndicale a demandé à l’administration municipale le droit de manifester en tout temps pour l’entièreté du mois de juillet. Cette requête ciblait précisément cinq adresses où résident des actionnaires et patrons de l’entreprise basée à Paspébiac.

N’ayant pas toutes les informations en main pour se prononcer au moment de la séance régulière du 3 juillet, les élus se sont ensuite rassemblés dans le cadre d’une réunion extraordinaire afin de se pencher sur les doléances des syndicalistes. Ils ont finalement opté pour un compromis.

« À tous les jours, c’était pas mal excessif, je pense. D’organiser des manifestations devant les maisons de certains résidents de Paspébiac, je trouvais que c’était aussi excessif, d’autant plus que ça pouvait déranger la quiétude des maisons environnantes pendant un laps de temps assez long », explique le maire, Réjean Bastien.

Le premier magistrat convient que le droit de manifester en est un fondamental, mais dit néanmoins souhaiter que le tout se déroule dans l’ordre. Les manifestants seront d’ailleurs préalablement tenus de communiquer leur trajet et d’obtenir les autorisations nécessaires du ministère des Transports et de la Sûreté du Québec (SQ).

Le maire Bastien s’est d’ailleurs dit surpris qu’autant de membres du syndicat se soient présentés à la dernière séance régulière du conseil. Pour la plupart en provenance des quatre coins du Québec et venus en soutien aux 85 employés des Crustacés de Gaspé, une vingtaine d’entre eux étaient sur place.

Plusieurs en ont d’ailleurs profité pour questionner les élus relativement aux affaires courantes de l’administration municipale. Trois véhicules de la SQ les attendaient au sortir de la rencontre, qui s’est déroulée sans anicroche. 

Unifor n’entend pas se conformer

Unifor n’avait pas encore été informé de la décision du conseil municipal lorsque que le Chaleurs Nouvelles l’a contacté pour obtenir une réaction. Arguant que le droit de manifester en est un assuré par la Charte canadienne des droits et libertés, qui prévaut sur les règlements municipaux, le syndicat a surtout voulu jouer franc jeu en s’adressant à la Ville, admet le représentant syndical Philippe Lavoie.

En ce sens, l’organisation n’a pas l’intention de respecter la décision de l’administration Bastien. « On ne se conformera pas aux trois jours par semaine. On va manifester quand on va juger opportun de le faire », plaide M. Lavoie, ajoutant que les cinq lieux ciblés le demeureront également.

Les manifestants respecteront néanmoins l’injonction provisoire émise le 11 juin dernier par la Cour supérieure relativement à des entraves à quai ainsi que des gestes d’intimidation posés par des membres du syndicat à l’endroit de dirigeants d’Unipêche MDM.

De Grande-Rivière à Paspébiac

Après de nombreux événements tenus dans le secteur de Grande-Rivière, les syndiqués se sont récemment transportés à Paspébiac, où ils se rassemblent  désormais sur une base quotidienne. Une manifestation d’envergure a d’ailleurs déjà eu lieu au quai de l’endroit le 20 juin dernier ; les membres d’Unifor s’y étaient rassemblés au terme d’une marche symbolique de 80 kilomètres en partance de Grande-Rivière.

« Notre présence va s’accentuer au courant des prochains mois », a prévenu, lors de la séance régulière, Dan Ouellet, le président de la section 1044 d’Unifor. D’autres membres ont pour leur part plaidé que le groupe, escorté par la Sûreté du Québec (SQ) depuis son arrivée, n’a mené jusqu’ici aucune action mettant en cause la sécurité de quiconque.

« On n’est pas ici dans une optique de faire du grabuge ou des méfaits. On est là pour informer les gens, mais c’est sûr que par la nature de nos activités, on va déranger », a quant à lui exprimé le représentant national Olivier Carrière, également sur place le 3 juillet dernier.

Le syndicat mène une campagne de boycott relativement à la poissonnerie d’Unipêche MDM. Ses membres font également circuler une pétition revendiquant la réouverture des Crustacés de Gaspé, dont la fermeture a été annoncée en mars dernier. Le syndicat a été accrédité sur place au printemps 2018.
 

Commentaires

9 juillet 2019

Martin

J appuie le syndicat il est temps de se faire respecter en temps que travailleurs en Gaspésie. Et ailleurs au Québec de tous ces compagnie qu y s enrichissent sur les conditions minable qu il offrent à leurs travailleurs restez uni c est la force de votre syndicat

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média