Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

05 juillet 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

172 ans plus tard, les naufragés du Carricks sont inhumés

Carricks Monument Irlandais

©Photo Parcs Canada - ©ricochetdesign.qc.ca

Environ 125 personnes étaient présentes pour assister à l’inhumation des naufragés du Carricks.

Une page d’histoire s’est conclue avec l’inhumation officielle de 21 naufragés du Carricks, dont les ossements récemment authentifiés avaient été retrouvés sur la plage des Cap-des-Rosiers en 2011 et 2016.

Une sobre cérémonie s’est tenue au Monument aux Irlandais jeudi alors qu’environ 125 personnes étaient réunies pour assister à la célébration organisée par la Fabrique Saint-Alban de Cap-des-Rosiers, en collaboration avec Parcs Canada.

Plusieurs descendants étaient d’ailleurs sur place, tout comme quelques dignitaires, dont Laura Finlay, deuxième secrétaire à l’Ambassade d’Irlande du Canada, et Gearóid Ó hAllmhuráin, titulaire fondateur de la Chaire Johnson en études canado-irlandaises au Québec.

Pour Georges Kavanagh, lui aussi l’un des descendants et membre organisateur de la cérémonie, cette journée spéciale est venue clore ce chapitre de l’histoire puisqu’on a longtemps soupçonné qu’une fosse commune avait été creusée à cet endroit, sans pouvoir le certifier jusqu’à tout récemment. « La boucle est un peu bouclée; on vient de fermer à tout le moins un épisode de cette histoire avec ce qu’il est advenu de cette fosse commune. On aura plus à revenir là-dessus et il va nous rester qu’à essayer d’éclaircir les petits points sombres. C’est comme un casse-tête et ce n’est pas toujours facile à remonter », nous expliquait quelque temps avant la cérémonie celui qui s’est toujours intéressé à l’histoire de sa famille et qui est allé deux fois sur les terres de ses aïeux pour mieux comprendre le contexte de cette épopée tragique.

Globalement, Georges Kavanagh tient par ailleurs à ce que cette histoire trouve un écho et puisse faire œuvre utile – d’une certaine façon – alors que les Irlandais de l’époque étaient persécutés par la couronne britannique. « On cherche le maintien de la mémoire oui, mais on cherche surtout à donner un sens à tout cela. C’était des gens qui sont venus au Québec en espérant trouver mieux ailleurs et ç’a n’a pas été facile ... », analyse-t-il.

Si d’autres détails restent encore à valider 172 ans plus tard, comme le temps qu’aurait mis le Carricks à faire le trajet de l’Irlande jusqu’à la Gaspésie, les naufragés retrouvés auront à tout le moins eu droit à une inhumation digne de ce nom. Rappelons par ailleurs que le naufrage du Carricks en 1847 aura ultimement mené à la construction du phare de Cap-des-Rosiers une dizaine d’années plus tard, qui reste encore aujourd’hui le plus haut du Canada.

Carricks Inhumation

©Photo Parcs Canada - ©ricochetdesign.qc.ca

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média