Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

25 juin 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Révélation de l’année à travers une session agitée

Méganne Perry Mélançon

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

À l’image de son entrée en politique, la première année parlementaire de la députée de Gaspé a été mouvementée.

Du rapport déposé par le DGE sur les imbroglios entourant son élection jusqu’à une fin de semaine de huis clos forcée à l’Assemblée nationale pour adopter sous bâillon les projets de loi sur l’immigration et la laïcité, en passant par la défection de son ex-collègue Catherine Fournier, nombreux ont été les événements qui ont ponctué la dernière année. Mais rien pour décontenancer Méganne Perry Mélançon qui a profité de la fin de session pour dresser son premier bilan, qu’elle qualifie de réussi.

Un qualificatif qui semble être justifié puisque la députée a reçu lundi le prix d’étoile montante de l’année, selon un sondage maison effectué par La Presse auprès de l’ensemble des députés, tous partis confondus. Une distinction qu’elle partage par ailleurs avec Marwah Rizqy du PLQ, toutes deux ayant terminé ex-aequo au premier rang.

« Je suis vraiment en mode observation et adaptation avec ce nouveau gouvernement [...] Je suis chanceuse d’être dans un petit caucus. Ce n’est évidemment pas la situation idéale pour le PQ, mais je suis entourée de 8 députés qui ont énormément d’expérience et ça me permet de prendre ma place. J’ai l’impression d’apprendre beaucoup plus que dans un gouvernement à 75 députés. Je me suis levée souvent en chambre et posé des questions sur les intentions du gouvernement dans le dossier des hydrocarbures, par exemple. Ç’a été une grosse année que je considère réussie. »

Rappelons que Méganne Perry Mélançon a eu à sa charge les dossiers en matière de jeunesse, de tourisme, de sports, de loisirs, de culture et communications, de condition féminine et d’immigration. Cette dernière tâche lui aura d’ailleurs valu une courte nuit lors de l’adoption du bâillon. « Ç’a été tout une expérience de porter le dossier de l’immigration et de prendre la parole à 2 h 30 du matin au Salon bleu. C’est intense, mais je suis contente de l’avoir vécue. »

Elle a aussi interpellé différents ministères sur d’autres sujets comme l’adaptation du calendrier scolaire à la saison touristique ou encore la situation des CALACS au Québec, dont celui de la Gaspésie qui a perdu de son financement depuis qu’il offre ses services aux hommes. Deux pétitions ont également été déposées au Salon bleu pour sensibiliser les parlementaires sur la question des prestations versées aux travailleurs victimes d’une lésion professionnelles âgés de plus de 65 ans et sur l’importance de doter les CHSLD et les résidences pour aînés d’un intervenant en loisir.

Députée cherche ministre

 

Dans son bilan, la députée de Gaspé souligne également qu’elle s’est adressée à plusieurs cabinets ministériels pour défendre certains dossiers régionaux, que ce soit la couverture des services ambulanciers, la reconnaissance d’une association de pêcheurs pélagiques ou la création d’une table de concertation sur le développement régional. Elle se réjouit de l’écoute de l’appareil gouvernemental, mais déplore cependant que les doléances restent lettre morte. « On a plus d’ouverture que les cabinets des libéraux de la dernière législature, mais c’est dans les suivis où ça accroche. »

Méganne Perry Mélançon prend pour exemple la relance de Fort-Prével alors que des rencontres et des plaidoyers en bonne et due forme ont eu lieu avec les ministres Marie-Ève Proulx (responsable de la Gaspésie) et Caroline Proulx (Tourisme). « On leur a expliqué toute la situation, mais on n’a toujours pas de nouvelles là-dessus à la fin juin. »

Elle regrette par ailleurs le peu de présence de la ministre Marie-Ève Proulx sur le terrain. En plus de la Gaspésie, cette dernière est également responsable du Bas-Saint-Laurent, de Chaudière-Appalaches et des Îles-de-la-Madeleine, soit plus de 300 municipalités réparties sur un territoire vaste comme l’Irlande au grand complet. « On ne la voit pas beaucoup. Son absence est remarquée en ce moment et ça s’entend sur le terrain. Elle est en copie conforme dans toutes mes correspondances mais je n’ai jamais aucune nouvelle [...] Quand on passe de Bernard Landry et Pauline Marois qui présidaient un comité de relance de la Gaspésie et que là on arrive avec la CAQ, avec une ministre aussi responsable de deux autres grandes régions, je trouve que ça en dit long de leur intérêt pour la Gaspésie. On devrait avoir une attention entière. » Une demande formelle en ce sens pourrait d’ailleurs être faite au retour des vacances, afin que chaque région ait son propre ministre responsable.

Sinon, pour cet été, Méganne Perry Mélançon reprendra notamment ses activités de porte-à-porte pour prendre le pouls des citoyens de la circonscription. À la reprise des travaux à l’automne, elle entend mettre de l’avant le maintien des opérations du bureau de la faune de Grande-Vallée, le manque de soutien financier pour contrer la problématique d’érosion des berges, les frais de transport pour les soins médicaux, la problématique du transport régional et l’exploitation pétrolière en Gaspésie.

Commentaires

3 juillet 2019

Yvan Viau

Bravo & félicitation à vous Mme. Méganne Perry Melançon pour votre nomination de révélation de l'année. Merci aussi de nous faire un compte-rendu de votre 1ière année parlementaire….il n'y a pas beaucoup de députés(es) qu'ils le font ! Je ne suis pas de votre comté, ni de votre région, à mon grand regret, mais du comté de Bertrand à Ste-Adèle, qui entendons à peu près jamais parler de notre députée et ministre Mme. Giraud. Merci à vous

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média