Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

17 juin 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Une pétition et une marche de 80 km pour la relance des Crustacés de Gaspé

AFFAIRES

Crustacés de Gaspé

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Les activités sont officiellement arrêtées depuis le 18 mars dernier.

Unifor ne lâche pas le morceau et tentera de rallier à sa cause autant de gens que possible avec le lancement d’une pétition en bonne et due forme pour la reprise des activités des Crustacés de Gaspé, à Grande-Rivière.

Dans son libellé, le syndicat demande la réouverture de l’usine de transformation, et que les gouvernements du Québec et du Canada mettent en place une réforme de l’industrie de la pêche « afin d’assurer une meilleure répartition des revenus », notamment par la reconnaissance du métier d’aide-pêcheur. Unifor note qu’il est paradoxal que la ressource soit transportée à l’extérieur de la région alors que des travailleurs sont toujours sans emploi localement.

Le syndicat entamera par ailleurs une marche de solidarité dès mardi matin de Grande-Rivière à Paspébiac, pour marquer de façon symbolique la distance parcourue par le crabe dans les camions de Gestion Unipêche M.D.M. – actionnaire des Crustacés de Gaspé. Les marcheurs devraient arriver à destination jeudi.

« Nos membres marcheront les 80 kilomètres qui séparent les deux villes en se relayant. Ce qui représente le parcours qu’une grande partie du crabe débarqué à Grande-Rivière, à quelques pieds de l’usine Crustacés de Gaspé, a effectué cette saison », explique Renaud Gagné, directeur québécois d’Unifor.

Ces deux démarches surviennent quelques jours après l’annonce de l’interruption des négociations pour la signature d’une première convention collective. Unifor a indiqué la semaine dernière que la convention était prête à 95%, mais que l’avocat de la partie patronale n’était pas disponible avant le 21 septembre pour ficeler les derniers détails.

« C’est absolument inacceptable. Compte tenu du contexte de la fermeture et du fait qu’il ne reste que peu d’items à trancher, il est impensable que l’on ne puisse pas trouver du temps pour finaliser le dossier et passer à l’essentiel, soit discuter de la réouverture », avait déploré Renaud Gagné.

Ce dernier estimait que quelques heures seulement auraient suffi à compléter la convention collective. Il soutenait également que le MAPAQ aurait été prêt à faire des aménagements au permis pour permettre aux Crustacés de Gaspé de faire une saison de 14 semaines, avec 7 ou 8 semaines de transformation de homards et la balance avec du poisson de fond, notamment. Les espoirs de sauver la saison 2019 semblent cependant s’être envolés.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média