Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections fédérales 2019

Retour

17 juin 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Élections fédérales: les Conservateurs commencent le travail de terrain en Gaspésie

ÉLECTIONS FÉDÉRALES 2019

Pigeon et Généreux

©Photo Dominique Fortier - Gaspésie Nouvelles

Jean-Pierre Pigeon et Bernard Généreux ont entamé leur tournée gaspésienne à Sainte-Anne-des-Monts armés de leurs superbes chemises aux couleurs estivales.

Le député conservateur de Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup Bernard Généreux était de passage en Gaspésie afin de soutenir son candidat filleul, Jean-Pierre Pigeon qui se présente dans la circonscription de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine.

Comme les dix autres députés conservateurs siégeant au Québec. Bernard Généreux a la responsabilité de parrainer un certain nombre de candidats pendant la prochaine campagne électorale. Les Conservateurs entendent d'ailleurs faire des gains importants au Québec. « On a une organisation politique réglée au quart de tour. On a déjà 85 % des nos candidats et le travail de terrain est très fort. Nous allons déjà à la rencontre des citoyens et nous faisons la tournée des entreprises », explique Bernard Généreux. Quant au candidat, Jean-Pierre Pigeon, il se dit enchanté de pouvoir compter sur l'expérience de son collègue qui en est déjà à sa quatrième élection.

Lorsqu'on questionne Bernard Généreux sur l'ère Stephen Harper, le député ne renie pas ce que son ancien chef a réalisé au cours de ses dix années au pouvoir. « M. Harper a fait du bon travail. C'est sûr que nous avons été mal perçus en région notamment à cause de l'assurance-emploi mais la réalité, c'est qu'il manque des employés partout aujourd'hui, alors nous n'étions pas dans le champ tant que ça à l'époque. Ceci dit, le parti a beaucoup évolué au cours des quatre dernières années. »

Mesures économiques

Afin e contrer cette pénurie de main-d'œuvre, le Parti conservateur souhaite mettre en place un seuil de revenus non-imposable pour les personnes de 55 ans et plus qui veulent retourner sur le marché du travail. « L'objectif est de bénéficier de l'expérience de ces gens-là. On contribue donc à combler les postes vacants tout en permettant à ces travailleurs de rester actifs sans être pénalisés financièrement », poursuit le député de Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup.

Jean-Pierre Pigeon et Bernard Généreux martèlent aussi sur l'importance d'impliquer les régions dans le plan de match qui sera mis de l'avant par le Parti conservateur. « Les villes ont des projets à réaliser, des idées pour des incitatifs financiers qui leur seraient favorables comme un crédit d'impôt à l'éloignement. Ce sont des choses que nous devons étudier et regarder avec les élus en place. »

Quel est le pouvoir d'un député en région au Canada?

La question a aussi été posé aux comparses conservateurs à savoir quelle influence peut avoir un député gaspésien à Ottawa. Jean-Pierre Pigeon cite immédiatement son bon ami, le Dr Charles-Eugène Marin qui a largement contribué à l'essor de la Gaspésie pendant les quelques années où son parti a été au pouvoir. « Nous serons au pouvoir en octobre en 2019 alors ça nous prend quelqu'un en place pour réaliser des projets pour les Gaspésiens et les Madelinots. Je suis de ceux qui disent que ce n'est pas Ottawa qui va nous diriger mais que c'est plutôt nous qui allons dicter ce que nous voulons. »

Et si un gouvernement conservateur était élu demain, quelle serait la principale différence que les gens constateraient? « Premièrement, on va arrêter de taxer les gens inutilement. On veut que les gens aient plus d'argent dans leurs poches en baissant les impôts et ce sera les Canadiens qui décideront ce qu'ils veulent faire de cet argent », laisse miroiter Bernard Généreux.

Les candidats conservateurs entendent aussi proposer des mesures environnementales concrètes tel l'interdiction de déverser les eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent. Quant au pétrole, le virage vers les énergies renouvelables se poursuivra mais selon les candidats conservateurs, il faut être réaliste. « Nous avons encore une dépendance au pétrole. Au Québec, elle a même augmenté et nous continuons d'importer 50 % de notre pétrole des États-Unis et du Moyen-Orient.

En conclusion, on a demandé à Jean-Pierre Pigeon ce qu'il entendait faire différemment pendant cette campagne électorale. « Je ferai davantage de porte-à-porte. Plus on voit de gens dans le comté, plus ils se souviennent de nous. Je suis connu en Haute-Gaspésie mais je dois me présenter aux gens de partout dans le comté. J'ai confiance que cette fois-ci sera la bonne. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média