Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

31 mai 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Unifor demande des conditions plus musclées pour les permis de transformation

AFFAIRES

Unifor

©Photo Unifor

Une trentaine de personnes étaient postées jeudi devant les portes closes Crustacés de Gaspé à Grande-Rivière.

Une trentaine de personnes étaient postées jeudi devant les portes closes des Crustacés de Gaspé à Grande-Rivière.

Les manifestants – principalement des membres du syndicat Unifor, dont le directeur québécois Renaud Gagné – demandent à ce que le gouvernement procède à une révision du cadre réglementaire dans le secteur des pêches. Rappelons qu'une subvention de plus de 600 000$ avait été accordée par Québec aux Crustacés de Gaspé pour moderniser les installations de l'entreprise. 

« On sort le crabe ici à quelques pieds de l’usine pour le transporter ailleurs, parfois même en dehors de la Gaspésie. Ça n’a pas de sens. Des conditions plus musclées doivent accompagner l’octroi et le maintien des permis de transformation, notamment en termes de protection des emplois de la région », remarque Renaud Gagné.

Pour ce dernier, cette fermeture a tous les aspects d’un lock-out déguisé « qui ne vise qu’à effrayer les travailleuses et les travailleurs. » Rappelons que les employés étaient en processus de syndicalisation lors de l’annonce de fermeture. L’entreprise a de son côté indiqué que la rentabilité n’était pas au rendez-vous. « Malgré de nombreux efforts pour rentabiliser cet investissement, il y a 4 ans, le rendement financier n’a jamais été au rendez-vous. Aucune perspective d’amélioration ne pointait à l’horizon pour la saison 2019 sur le plan financier ou pour permettre aux travailleurs d’obtenir un nombre de semaines satisfaisant », expliquait en mars le directeur général Gino Lebrasseur. 

Les pressions se poursuivent

 

Les manifestations devraient d’ailleurs se poursuivre dans les prochaines semaines puisqu’un piquet de grève a été organisé, avec des membres qui se relaient pour des périodes de 7 jours.

Pour le syndicat Unifor, qui est en processus de mise en place d’une association des aide-pêcheurs sous la forme d’une section communautaire, la reconnaissance du métier est un enjeu important dont il faudra tenir compte dans la révision de la réglementation du secteur des pêches.

« Actuellement, les règles ne permettent pas à l’ensemble de la population de bénéficier des retombées économiques de la pêche, cela profite à un petit groupe de gens. Nous croyons que la population de la Gaspésie a le droit de profiter de cette ressource naturelle. Ça doit rapporter à toutes et à tous », a conclu Renaud Gagné.

Le syndicat prépare d’ailleurs un recours contre Unipêche MDM, qui doit être entendu en septembre, en plus de l’arbitrage de la première convention collective.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média