Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

15 mai 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Pénurie de logements : Gaspé soumet un projet de loi privé

SOCIÉTÉ

Logement Appartement

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Le taux d’inoccupation est à son plus bas à Gaspé depuis une décennie, se situant à 1,2% selon les derniers chiffres de la Société canadienne d’hypothèques et de logement. En comparaison, le taux est de 3,6% à Matane et 3,7% à Rimouski.

Face au manque criant de logements qui affecte Gaspé, la Ville a soumis à l’Assemblée nationale un projet de loi d’intérêt privé qui lui permettrait d’offrir à des potentiels promoteurs des incitatifs pour la construction de nouveaux appartements.

D’un côté, pour l’heure, les municipalités ont les mains liées et ne peuvent offrir d’incitatifs, comme des congés de taxes par exemple. De l’autre, les promoteurs sont réticents à se lancer dans de nouveaux projets locatifs, malgré la pénurie qui frappe. Vu le coût élevé des matériaux – notamment – le retour sur l’investissement pourrait prendre entre 15 et 20 ans, ce qui en freine plusieurs.

« On le sait, les coûts de construction sont plus élevés en région. Ainsi, il est plus long, pour un promoteur privé, de rentabiliser son investissement. Pour combler cette iniquité, nous souhaitons, via ce projet de loi privée, obtenir le pouvoir de soutenir le secteur privé dans la construction de logements, notamment via des crédits de taxes », explique le maire Daniel Côté. Le conseil municipal travaille sur ce projet de loi privé depuis quelques mois déjà et a besoin d’obtenir le consentement unanime des 125 députés de l’Assemblée nationale pour pouvoir aller de l’avant.

Rappelons que le taux d’inoccupation est à son plus bas à Gaspé depuis une décennie, se situant à 1,2% selon les derniers chiffres de la Société canadienne d’hypothèques et de logement. En comparaison, le taux est de 3,6% à Matane et 3,7% à Rimouski.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Gaspé est aux prises avec une pareille pénurie. Il y a 10 ans – en 2008 et 2009 – le taux d’inoccupation était famélique à 0,2%. Une loi privée comme celle demandée mardi avait permis à la Ville d’offrir un crédit de taxes, ce qui avait ultimement débouché sur plusieurs petits projets qui avaient ajouté au final 110 unités de logement. 

« Gaspé est en plein-emploi et vit un grand essor économique, ce qui a provoqué cette pénurie de logement […] Tous les intervenants nous en parlent et trop souvent, nous perdons des familles et des travailleurs parce qu’ils n’arrivent pas à se loger chez-nous. Il faut comprendre que les pouvoirs municipaux sont quasi inexistants en la matière. C’est pourquoi nous devons obtenir des pouvoirs spéciaux de l’Assemblée nationale », plaide le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Revitaliser les villages

 

Le projet de loi prévoit aussi que la Ville obtienne le pouvoir d’offrir des incitatifs pour l’accès à la propriété, une mesure que le conseil municipal souhaite utiliser particulièrement dans les secteurs plus dévitalisés; d’une part parce que plusieurs propriétés sont à vendre dans ces secteurs, et de l’autre, pour tenter de stimuler le tissu socioéconomique de ces secteurs.

« Nous savons que, parallèlement à la pénurie de logements locatifs, nous vivons également une situation où plusieurs propriétés sont à vendre, de façon encore plus marquée dans les secteurs plus excentrés. Nous voulons également stimuler l’installation de nouvelles familles dans ces secteurs, ce qui permettrait de stimuler le marché immobilier, mais aussi et surtout d’offrir un nouvel élan à nos quartiers plus dévitalisés. Le projet de loi nous permettra de le faire », conclut le maire de Gaspé.

À noter que la députée Méganne Perry-Melançon a accepté de parrainer le projet de loi. Des représentations auprès de tous les partis politiques ont été faites pour s’assurer d’obtenir l’unanimité requise et une adoption dès le mois de juin, avant la fin de la session parlementaire. Le conseil municipal pourrait ensuite adopter un programme conforme à ce projet de loi et intensifier ses démarches pour favoriser la construction de logements et l’accès à la propriété.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média