Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

09 mai 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Train : une délégation gaspésienne rencontrera le premier ministre

©Photo Chaleurs Nouvelles - Roxanne Langlois

Le député de Bonaventure Sylvain Roy (à gauche), photographié aux côtés du premier ministre François Legault lors de son passage à New Richmond, le 25 avril dernier.

TRANSPORTS. Une délégation de la Gaspésie notamment composée d’acteurs de la filière ferroviaire et d’élus ira officiellement à la rencontre du premier ministre du Québec afin de discuter du dossier de la réfection du chemin de fer, et surtout, de son échéancier de sept ans.

Les députés péquistes Sylvain Roy (Bonaventure) et Harold Lebel (Rimouski) ont procédé à une conférence de presse le 9 mai afin de revendiquer un rendez-vous avec François Legault. Ils ont reçu, quelques heures après leur intervention, une confirmation du cabinet du premier ministre selon laquelle le principal intéressé acceptait de les recevoir.

La date officielle du rendez-vous n’est pas encore connue. « Je suis bien content, ils ont été assez rapides. Il faut dire qu’il y avait de la grogne, que les élus sont sortis… », souligne M. Roy.

Celui-ci fait ainsi référence au fait que de nombreuses municipalités de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent ont fait front commun en adoptant une résolution afin que des moyens plus rapides d’amener le train jusqu’à Gaspé soient mis en branle par le ministère des Transports.


M. Roy, qui avait discuté du dossier la veille avec le ministre des Transports François Bonnardel, est optimiste quant à la réceptivité du premier ministre : « J’ai confiance. Je pense qu’ils comprennent que ça ne marche pas ».

Sylvain Roy réitière qu’il est inadmissible et inacceptable que le projet gaspésien évalué à 100 millions $ soit réalisé en sept ans alors que le REM, une initiative de six milliards $, verra le jour beaucoup plus rapidement. « Si on faisait le REM à la vitesse que l’on va refaire le chemin de fer en Gaspésie, ça prendrait 300 ans », calcule-t-il. Le député de Bonaventure espère que la rencontre pourra se concrétiser avant la fin du mois de juin.


Une délégation en formation

Sylvain Roy a mandaté le président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG), Éric Dubé, de former un groupe d’intervenants concernés de près par la réfection du chemin de fer. En plus des élus, des entrepreneurs devraient s’y joindre. Cette délégation devra être prête à se déplacer à Québec lorsque le moment sera venu.

Les personnes présentes tenteront de comprendre comment Québec en est venu à proposer 2026 comme cible et proposeront des solutions afin que ce délai soit revu à la baisse. Le tout est de bon augure, croit M. Dubé.

« J’ai reçu une correspondance des fonctionnaires du ministère des Transports et ils vont plancher sur un scénario pour essayer de trouver des solutions qui raccourciraient le délai », confirme celui qui est aussi maire de New Richmond.

Rappelons que François Legault et François Bonnardel étaient de passage le 25 avril dernier à New Richmond pour donner le coup d’envoi des travaux de réhabilitation du rail. Ceux-ci ont également annoncé à ce moment l’échéancier de l’immense chantier, un nouvel élément qui a suscité du mécontentement localement.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média