Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

09 mai 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Train : Roy et Lebel veulent rencontrer le premier ministre

©Photo Gracieuseté – Compte Twitter du député Sylvain Roy

Le député de Bonaventure Sylvain Roy, était accompagné, lors du point de presse, de son collègue du comté de Rimouski, Harold Lebel.

TRANSPORTS. Les députés péquistes Sylvain Roy et Harold Lebel demandent une rencontre avec le premier ministre François Legault pour que soit revu à la baisse l’échéancier de la réfection du chemin de fer gaspésien, fixé à sept ans.

Les deux élus représentant respectivement Bonaventure et Rimouski ont procédé à une courte conférence de presse, le 9 mai. Cette sortie publique fait suite au front commun de plusieurs municipalités de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent. Celles-ci ont adopté une résolution afin que des moyens plus rapides soient mis en branle par le ministère des Transports.

Jugeant « inadmissible et inacceptable » que le train ne puisse circuler entre Matapédia et Gaspé avant 2026, M. Roy a rappelé que la chaussée se détériore actuellement en raison de la circulation de convois rendue nécessaire par l’absence de transport ferroviaire. Celui-ci fait référence au transport de marchandises en provenance de la cimenterie de Port-Daniel et de l’usine de pales d’éoliennes LM Wind Power, à Gaspé.

Ce dernier croit également que la situation actuelle nuira considérablement à l’attractivité du territoire. « Il n’y aura pas de création d’emploi et d’implantation de nouvelles entreprises si l’accès aux rails n’est pas là. Il y a des gens qui vont aller voir ailleurs pour bâtir leur entreprise […] », défend l’élu.

Sylvain Roy estime par ailleurs que les emplois ainsi perdus seront bien plus nombreux que les 170 nouveaux postes qui, selon Québec, découleront de la réhabilitation du chemin de fer.

« Aucune vision »

Le député Harold Lebel prend part aux revendications, Rimouski étant des villes ayant récemment adopté la résolution mise de l’avant par le maire de Gaspé, Daniel Côté. Le représentant du Bas-Saint-Laurent a quant à lui martelé que « rien ne se passe » dans le mandat actuel du côté du gouvernement caquiste, qui n’apporte pas de solutions concrètes.

« Le Québec est un Québec de régions. Le gouvernement, actuellement, est complètement absent et il n’a aucune vision par rapport au développement des régions. Ça n’a aucun maudit bon sens », a-t-il lancé, ajoutant que la rencontre demandée avec le premier ministre était « vraiment importante ».

Celui-ci a par ailleurs rappelé à l’administration en place que la population de l’Est-du-Québec paie elle aussi des impôts et qu’elle devrait avoir accès, par conséquent, à des services adéquats.

Rappelons que le premier ministre François Legault et le ministre des Transports, François Bonnardel, étaient de passage le 25 avril dernier à New Richmond pour donner le coup d’envoi des travaux de réhabilitation, qui débuteront cet été.

Ceux-ci ont également précisé que le provincial se donnait sept ans pour que le train se rende à Gaspé, un échéancier qui a suscité du mécontentement localement.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média