Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Plein Air

Retour

26 avril 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Des travaux de 2,3 M$ pour la pérennité de Fort Prével

Fort Prével

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

L’an dernier, le terrain de golf a fonctionné à plein régime avec 9 000 rondes jouées.

Après trois ans à la barre des opérations de Fort Prével, le comité de relance a redressé les finances en réduisant le déficit annuel de 700 000$ à 100 000$. L’organisme à but non lucratif s’était donné un horizon de 5 ans pour atteindre l’équilibre budgétaire et est en voie d’atteindre son objectif.

Mais il y a encore loin de la coupe aux lèvres et des efforts de tous les instants doivent encore être menés pour assurer la pérennité du site, à cheval entre Gaspé et Percé. L’enveloppe de 800 000$ octroyée par la Sépaq au moment du transfert des actifs a été utilisée à bon escient, mais cette dernière est maintenant épuisée. Le hic, c’est que les infrastructures n’ont pas été remises « à niveau » comme le veut la norme lors d’une telle cession gouvernementale vers la communauté.

L’an dernier, le beau temps aidant, le terrain de golf a fonctionné à plein régime et le comité de relance a pu connaître à peu près quels étaient les revenus maximums pouvant être tirés de ce côté avec 9 000 rondes jouées. L’amélioration des campings avec l’ajout du 3e service – moyennant des investissements de 30 000$ – a aussi permis d’augmenter considérablement l’achalandage. Les 28 terrains ont été occupés pendant la majeure partie de la saison chaude. Seulement 4 emplacements étaient loués il y a trois ans lors de la reprise en charge du site. Le nombre de membres a également connu un bel élan depuis, passant de 74 à 179.

Miser sur l’hébergement

 

L’augmentation du chiffre d’affaires et la survie du site passent donc impérativement par la réfection des unités d’hébergement. C’est à tout le moins le pari que fait le comité de relance qui estime que la part des revenus tirée des nuitées puisse passer de 30 % à 50%. L’an dernier seulement, les revenus en hébergement ont grimpé de 84 000$ à 191 000$, ce qui laisse présager que ce filon reste à exploiter.

« Le seul endroit où on peut aller chercher des revenus supplémentaires, c’est avec l’hébergement. Le golf et le camping ne sont pas suffisants à faire vivre un site comme Fort-Prével. La rénovation de l’hébergement va nous permettre de passer à un palier supérieur. Si on n’investit pas, les installations vont devenir vétustes avec des infiltrations et des dommages à la structure », explique Gilles Pelletier, le président du conseil d’administration.

Pour l’instant, 13 chalets et 18 chambres sont disponibles, mais 40 chambres de motel restent inexploitées et n’attendent qu’à recevoir un peu d’amour pour retrouver leur vigueur d’antan. Le dernier investissement de la Sépaq dans ces infrastructures remonte au début des années 2000. Avec la pénurie d’hébergement en haute saison touristique, le conseil d’administration estime qu’il aurait pu obtenir 430 000$ de revenus supplémentaires si toute les chambres avaient été prêtes à louer.

Le coût de réfection total pour remettre le tout fonctionnel à un niveau acceptable est estimé à 2,3 millions de dollars. Malheureusement, le projet semble ne pas cadrer dans un aucun programme existant et l’argent devra vraisemblablement provenir d’un budget discrétionnaire gouvernemental. « Lorsque les ministres étaient venus à Prével pour nous remettre le chèque pour continuer nos activités, on nous avait aussi mentionné que pour permettre d’évoluer de façon saine à travers ce processus de transition, qu’on allait implanter un comité de suivi et que si les choses allaient bien et que les résultats étaient là, ils seraient là pour nous donner un coup de main financièrement », précise Gilles Pelletier. Sauf que cette promesse est restée sans réponse jusqu’ici. Et qui dit nouveau gouvernement dit nouvelle ronde de représentations auprès des élus. À tout le moins, voyant les résultats concluants depuis trois ans, maires et préfets se sont saisis du dossier et porteront le ballon auprès de l’appareil politique.

Restera à voir si le provincial et le fédéral répondront à l’appel après que la communauté eut repris les rênes de Fort-Prével. Plus de 2 500 heures de bénévolat ont été effectuées l’an dernier seulement alors que 25 des 30 emplois du temps de la Sépaq ont été récupérés.

Nouveautés sur le terrain

 

Si tout va comme prévu, le terrain de golf devrait pouvoir débuter ses activités le 13 mai. La réfection des trappes avec l’ajout de nouveau sable a aussi été entamée l’an dernier. Le trou #4 passera quant à lui d’une normale 5 à une normale 4 alors que les tertres de départ du trou #13 ont été relocalisés.

Enfin, en plus des démarches pour améliorer l’hébergement, le comité de relance tentera aussi d’attirer des nouveaux joueurs. Trois différentes plages horaires seront d’ailleurs spécifiquement offertes en après-midi pour les golfeurs débutants ou qui voudraient s’initier à ce sport. Le but est que les nouveaux joueurs puissent prendre tout le temps voulu pour profiter du terrain sans craindre d’être talonnés par d’autres groupes de joueurs plus pressés.

Commentaires

4 mai 2019

daniel bouvrette

je sens beaucoup d'Énergie dans votre projet,j'ai confiance avecle dynamisme qui semble vous habiter.GO

4 mai 2019

Jacques Fortier

Je pense qu’on est dans la bonne direction. Il ne devrait pas avoir trop de problème à aller chercher une subvention surtout si les chiffres sont là pour appuyer les demandes. J’ai appris dernièrement que l’école de cuisine de la polyvalente déménagerait à la station de trains? Pourquoi ne pas envisager de redémarrer cette école à Prevel? Ainsi l’auberge reprendrait vie durant l’été.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média