Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

18 avril 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Trois fois plus de jeunes s’épanouissent grâce au transport collectif

École Notre-Dame-de-Liesse

Bus RéGÎM régim Navette

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Ce printemps, en moyenne 33 transports d’élèves ont été recensés hebdomadairement.

Trois fois plus d’élèves de l’école primaire Notre-Dame-de-Liesse à St-Georges-de-la-Malbaie profitent des activités sportives et culturelles offertes à Gaspé après les classes.

Grâce au travail à l’unisson de parents bénévoles, de l’équipe-école et de plusieurs organisations, dont le transport collectif de la RéGÎM, les jeunes de la maternelle à la sixième année peuvent dorénavant prendre une navette et se rendre au centre-ville pour parcourir les 37 km qui les séparent de leurs activités favorites, que ce soit la natation, le hockey ou la musique, par exemple.

Avant que le projet ne soit mis sur pied, seulement 7 des 64 élèves étaient en mesure de le faire, alors que les parents devaient faire concilier leurs horaires de travail pour faire l’aller-retour. Pendant l’année scolaire 2018-2019 – la démarche a été lancée à l’automne – c’est un total de 24 élèves qui ont utilisé le service. Trois fois plus de jeunes (et même plus) ont donc pu profiter des activités organisées à Gaspé après l’école. « Nous sommes très fiers de ces résultats parce qu’on pense qu’ils contribuent à améliorer la santé de nos enfants, renforcer la vitalité de l’école et favoriser la conciliation travail-famille. La plupart des jeunes n’auraient ainsi pas pu prendre part aux activités et ça contribue à réduire les inégalités sociales de santé pour les élèves de La Côte-de-Gaspé », analyse Nathalie Dubé, un parent bénévole impliqué dans le projet.

Colmater les dérogations

 

Le transport direct est offert tous les soirs après les heures de classe. En tout, 588 déplacements ont été effectués depuis le début du projet et près de 500 autres transports sont prévus d’ici la fin de l’année. Ce printemps, en moyenne 33 transports d’élèves ont été recensés hebdomadairement. Selon les parents utilisateurs, le service est maintenant indispensable. « Je suis soulagé que mes enfants participent aux activités. Sans le transport, ça aurait été impossible. On pense que c’est un système important pour colmater la brèche des dérogations », explique Matthew Wadham-Gagnon.

On estime que pour une école de 64 élèves comme à St-Georges-de-la-Malbaie, près de 30 % de la clientèle potentielle demande une dérogation vers les écoles de Gaspé; un des motifs étant le manque d’accès aux activités sportives et culturelles. « C’est une plus-value pour eux et leurs habitudes de vie. C’est en réponse à un besoin désigné par les parents », précise pour sa part la directrice Patricia Rioux, qui évaluera l’impact de ce projet à long terme sur la fréquentation des élèves à l’école.

L’implantation de ce transport aura nécessité des investissements de 12 000$, dont la moitié payée par la RéGÎM qui espère quant à elle fidéliser dès leur plus jeune âge la potentielle clientèle de demain. « Ça crée aussi l’habitude auprès des plus jeunes de prendre le transport collectif; habitude que les plus vieux n’ont pas. Si on l’instaure dès le départ, ça devient des clients futurs », conclut le maire et président de la RéGÎM, Daniel Côté.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média