Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

03 avril 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Percé limite le nombre de maisons d’hébergement sur son territoire

DÉVELOPPEMENT

Percé

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Conséquemment, la Ville de Percé a levé le moratoire sur les gîtes touristiques qui avait été implanté en 1997.

Dans les dernières années, nombreux ont été ceux qui ont mis la main sur une résidence dans le cœur du village à Percé, pour la relouer à la semaine lors des vacances estivales.

Ces dernières restent essentiellement inoccupées l’hiver et coupent plus souvent qu’autrement l’herbe sous le pied des familles qui voudraient venir s’installer. Le conseil municipal a décidé de mettre un frein à la situation en imposant un moratoire d’une durée indéterminée sur ces maisons d’hébergement. Ceux qui ont déjà investi pourront évidemment conserver leurs droits acquis, mais plus aucun permis ne sera émis dans le secteur du village jusqu’à l’Anse-à-Beaufils.

« Ces fameuses maisons d’hébergement touristique poussent comme des champignons, explique la mairesse Cathy Poirier. L’accès à la propriété est de plus en plus difficile; c’est un phénomène qui augmente et les nouveaux arrivants ont de la difficulté à se trouver des loyers ou des maisons. C’est certain que l’hébergement, on en a besoin et on arrive à une période de l’année où c’est plein. Mais les maisons à revenus, ça fait augmenter les prix du marché donc ça donne moins de chance à nos familles. On a besoin de gens qui ont accès à la propriété. On veut des familles et des nouveaux habitants dans un contexte de chute démographique. »

Conséquemment, la Ville de Percé a profité de l’occasion pour mettre fin à un autre moratoire, cette fois sur les gîtes touristiques. Celui-ci avait été implanté en 1997, vu leur grand nombre à l’époque. Aujourd’hui, on peut maintenant compter sur les doigts de la main ceux qui restent au village et le conseil municipal a donc jugé opportun de lever cette interdiction pour donner la chance à ceux qui voudraient investir dans ce genre d’infrastructures d’hébergement.

Commentaires

12 avril 2019

Guy Auclair

Belle initiative. Il était temps qu'il y ait une réglementation en ce sens.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média