Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

15 mars 2019

Ariane Aubert Bonn - redactiongaspesie@lexismedia.ca

Chandler endosse trois ententes de médiation pour harcèlement psychologique

POLITIQUE MUNICIPALE

Louisette Langlois et Bruno-Pierre Godbout.

©Photo Gaspésie Nouvelles – Ariane Aubert Bonn

Louisette Langlois et Bruno-Pierre Godbout.

La ville de Chandler accepte des ententes de médiation dans deux dossiers de harcèlement psychologique de la CNESST, alors que la mairesse stipule n'être au courant de rien de cette affaire.

La présentation des ententes a eu lieu ce jeudi 14 mars, tout juste avant l'assemblée extraordinaire où celles-ci ont été adoptées. La grande absente : la mairesse Louisette Langlois. Exclue de la rencontre pour conflit d'intérêt, celle-ci affirme ne rien savoir de la teneur des dossiers dont il a été discuté. Même discours qu'en juillet dernier, alors qu'elle affirmait aussi n'avoir reçu aucun document confirmant le dépôt de plaintes.

À l'été 2018, le conseiller pro-maire Bruno-Pierre Godbout affirmait que « ç’a été confirmé qu'il y a eu apparence de harcèlement de Mme Langlois envers l'ensemble de l'équipe de direction, également que la santé psychologique de nos directeurs et nos cadres est très précaire, qu'il y aurait des menaces de démission ou de congé de maladie. » Quelques jours plus tard, celui-ci faisait état du dépôt de plaintes officielles. 

Comme en Union soviétique

 

Pour revenir à jeudi soir donc, Louisette Langlois a présidé une assemblée municipale extraordinaire où le conseil a adopté, non sans débat, les ententes de modération dont les détails demeurent confidentiels. En visioconférence, l'avocat Philippe Asselin de Morency Avocats, a assisté le conseil.

Questionné à savoir si les plaintes visaient directement Louisette Langlois, Bruno-Pierre Godbout hésite à répondre directement, vu la teneur confidentielle du dossier. « Vous pouvez tirer vos propres conclusions, les plaintes visaient la ville de Chandler », dit-il laconiquement. Toutefois, celui-ci affirme que ce sont des dossiers qui étaient sur la table depuis juillet, suite à une enquête du ministère des affaires municipales.

Stupéfaite, Louisette Langlois ne modère pas ses mots quand elle est appelée à diriger le vote, après avoir été exclue de la présentation des ententes de médiation. « On se croirait en Union soviétique », lance-t-elle de but en blanc. Le conseiller Denis Pelchat renchérit en affirmant que « c'est assez machiavélique comme stratégie. » Richard Duguay n'ayant pas pu assister à la présentation des dossiers, affirme quant à lui son malaise à voter. Celui-ci affirme qu'il souhaite éteindre le feu autour de cette affaire une bonne fois pour toutes, mais vote tout de même contre. Toutefois, les quatre autres conseillers votent pour entériner les ententes proposées, un vote qu'ils remportent par leur majorité. « Ils ont rendu la ville responsable », affirme la mairesse Louisette Langlois, suite à l'adoption des ententes confidentielles, qui ne s'explique toujours pas la situation. « On a une politique contre le harcèlement psychologique à la ville de Chandler. S'il y a des victimes de harcèlement psychologique, elles n'ont jamais utilisé la politique. J'ai dit me sentir en Union soviétique parce que je n'ai jamais été mise au courant de la plainte et si elle était fondée ou pas. C'est seulement des ouï-dire. » La mairesse affirme également ne pas savoir si elle est vraiment visée par les plaintes, n'ayant jamais vu quelque document que ce soit.

Commentaires

15 mars 2019

neuville langlais

la mairesse c est la reine du bras de fer pour bourre les citoyens de mentreis

15 mars 2019

neuville langlais

la mairesse c est la reine du bras de fer pour bourre les citoyens de mentries

15 mars 2019

neuville langlais

bizzard les avocats d apres moi doivent lui avoir fourni les papiers de harcellement

15 mars 2019

jules bernard

je ne pensais jamais voir ca a Chandler, une bande de conseillers qui passent leur temps a vouloir toujours aller contre courant rien de bon peu ressortir dans un conseil pareil Ouf que je suis tanné de voir pareil discord,

15 mars 2019

jules bernard

je ne pensais jamais voir ca a Chandler, une bande de conseillers qui passent leur temps a vouloir toujours aller contre courant rien de bon peu ressortir dans un conseil pareil Ouf que je suis tanné de voir pareil discord,

17 mars 2019

Renaud Lantin

Les gens qui ne sont pas satisfaits devrait mettre leur siège en jeu afin d'avancer dans les dossiers importants.

18 mars 2019

Sylvie Deraiche

J'ai été voir les procès verbaux des séances pour valider les dire du M. Pro-maire. En effet, il.a une résolution fin juillet pour le harcèlement et climat de travail...Il a une résolution en octobre pour mandater la firme d'avocat...Une résolution en février pour mandater M. Godbout et Mme Ritchie comme remplaçante pour les médiations....dans les procès verbaux Mme Langlois est présente!

18 mars 2019

Sylvie Deraiche

À moment donné, il faut que les citoyens de Chandler se réveillent. Elle joue à la victime...C'est également malheureux que les 2 conseillers de Chandler centre-ville aient voté contre et directement approuvés les gestes de leur acolytes! On est vraiment dû pour un changement de garde à la mairie de Chandler...et puis je me pose la question , si elle était en conflit d'intérêt pour la présentation des entente, pourquoi a-t-elle siégé ??? Elle s'est mise dans une situation délicate ouffe

18 mars 2019

Sylvie Deraiche

M. Fisette, d'où tenez-vous vos informations si le dossier confidentiel ? Vous avancez même le nom du médiateur de la CNESST ? Probablement de la garde rapprochée de la mairesse. Je trouve absurde, qu'en 2019 des citoyens défendent des gestes de harcèlement. Si la ville avait un avocat dans le dossier et que c'était préférable de régler en cours tant mieux, ça aurait coûté encore plus cher aux contribuables.

19 mars 2019

Laurent Fisette

Mme Daraîche moi je n'ai aucun partie pris dans ce conseil municipal contrairement a vous qui avez de la famille qui siège sur le conseil je ne sais pas ou vous prenez vos renseignements peut être au bingo je ne sais pas , mais je suis un professionnel en santé et sécurité du travail et accrédité par la Cnesst depuis plus de 17 années alors les lois et règlements je connais.

20 mars 2019

Sylvie Deraiche

Vous connaissez les lois ? Justement vous semblez tout connaître...Je n'ai pas de famille au sein du conseil, je suis à Montréal. Je reste informer sur l'actualité de mon coin de pays. Mais, répondez à mes questions...à quel endroit ou de quelle personne avez-vous pris vos informations ? Si les gestes de harcèlement étaient fondés selon vous Mme Langlois était-elle en conflit d'intérêt pour siéger ?

20 mars 2019

Robert Roy

M.Fisette, quand un patron met de la pression sur un employé qui est négligent dans son travail, c'est du harcelement ?????

20 mars 2019

Robert Roy

Et M.Neuville Langlais, arrêtez de transmette les commentaires qui vous sont transmis par un conseillé pour discrediter Mme Langlois

20 mars 2019

Robert Roy

Mme Sylvie Deraiche j'étais présent a cette assemblé en juillet qui tout d'abord n'avait pas été annoncée selon la lois et que M.Godbout a fait expressément car la mairesse était absente de la ville et celle ci a demandé que cette réunion soit remise a trois jours plus tard afin qu'elle soit présente, nous, quelques citoyens qui avaient eu vent de la maneuvre avons demandé le report de cette assemblé et M,Godbout et comparses ont refusé.

22 mars 2019

Sylvie Deraiche

M. Fiset, un expert en CNESST, j'ai pris mes informations par chez nous...incapable de garder un emploi! M. Roy, le rôle d'une mairesse est de représenter la ville politiquement. Elle n'a dans un aucun cas à s'ingérer dans les dossiers administratifs de la municipalité. De plus, si les plaintes n'avaient pas été fondées elles auraient été rejetées par la CNESST et l'avocat de la ville aurait recommandé d'aller en cours. Vous semblez très mal informé.. De plus, pour la séance de juillet que vous mentionnez, ça prend 3 conseillers pour convoquer une séance extraordinaire....Ça me surprendrait que M. Godbout ait fait ça seul...et quand vous lisez les résolutions dans les procès verbaux c'est suite aux recommandations et l'enquête du MAMOT.... Des gens illogiques qui appuient des gestes de harcèlement...j'en revient pas...

24 mars 2019

Marcele Duguay

je trouve que regarder la reunion du conseil de ville a chandler est pour moi une soiree presque de risette j ecoutais celui du mois de mars et un conseiller de chandler ouest ou est vise versa avait eu un montant pour soit des jeux ou pour le parc et l argent a ete mis dans un autre carier soit ouest ou est et mr pelchat a repondu ,pas grave ca chandler est fusionner et l argenr va partout ... MOI JE DIT QUE NOM SI MR GODBOULT A 50,000 POUR NEWPORT POURQUOI IL VA ALLER LE DONNER A CHANDLER MEME SI ON ES FUSIONNER DESOLER MAIS LES CARTES SONT MELER A QUELQUES PART MERCI

26 mars 2019

Robert Roy

Mme Deraiche, en vertu des articles 52 de la loi sur les cités et ville et 142 du code municipal du Québec, le maire est le chef executif de l'administration municipale et dispose a ce titre d'un droit de surveillance, d'investigation et de contôle sur les employés de la municipalité. Il doit également veiller a ce que les décisions du conseil municipal soient correctement mises en oeuvre. Pour s'acquitter adéquatement de ces responsabilités, le maire doit être en mesure d'accéder facilement a l'ensemble des documents concernant l'administration de la municipalité. La lois c'est ça Mme Deraiche et non pas ce que vous dit certaines personne de par chez vous.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média