Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

05 mars 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Pas de trophée « Madame Bolduc » au Gala de l’ADISQ

MUSIQUE

La Bolduc

©Musée de la Gaspésie

La Bolduc est originaire de Newport et elle endisquait pour la première fois il y a maintenant 90 ans.

Patrimoine Gaspésie a essuyé un refus de la part de l’ADISQ en lien avec sa récente demande réclamant un trophée « Madame Bolduc ».

L’Association québécoise de l'industrie du disque, du spectacle et de la vidéo a étudié la question lors de la plus récente rencontre de son conseil d’administration, sans toutefois y donner suite. Elle a expliqué sa décision en disant vouloir conserver le caractère unique du nom des trophées remis lors du Gala; les Félix. « Ce nom, devenu la marque du Gala, s’inscrit comme symbole d’excellence au sein de notre industrie depuis 40 ans et il est important pour l’ADISQ de conserver cette unicité », a expliqué la directrice générale de l’organisation, Solange Drouin.

Rappelons qu’il y a 90 ans cette année – le 6 décembre 1929 – Mary Travers mettait sur le marché son premier disque de chansons, qui n’en comprenait que deux – La cuisinière et Johnny Monfarleau – et qui s’est vendu à près de 10 000 exemplaires. 

Récidive

 

Devant ce refus, Patrimoine Gaspésie ne baisse pas les bras et revient à la charge en demandant notamment à ce que l’ensemble des membres de l’ADISQ puisse se prononcer sur la question. Pour l’organisation chapeautée par Jean-Marie Fallu, le nom et l’œuvre de Félix Leclerc ne risquent pas d’être altérés ou amoindris si l’une des 60 statuettes (1,7%) remises annuellement était rebaptisée en trophée « Madame Bolduc », ajoutant qu’il est indiscutable que la grande majorité des trophées attribués doivent demeurer des Félix.

« En quoi, s’il y en avait une seule au nom de madame Bolduc, cela pourrait-il porter ombrage aux Félix et au symbole d’excellence que représente Félix Leclerc? Madame Bolduc n’est-elle pas un symbole d’excellence et une grande source d’inspiration tant pour les artistes que pour les femmes et les Québécois en général qui la classent parmi les grands personnages héroïques du Québec à côté de Louis Cyr, Maurice Richard, Félix Leclerc et René Lévesque? », s’interroge le président de Patrimoine Gaspésie.

Ce dernier invite donc les membres à se prononcer sur la question à quelques jours de la Journée internationale des femmes, histoire d’accorder à cette grande dame de la chanson la place qui lui revient comme première auteure-compositrice-interprète, mais aussi comme pionnière de l’industrie de la chanson, du disque, du spectacle et de la tournée de spectacles tant au pays qu’aux États-Unis.

« Cette reconnaissance historique devra un jour se faire par l’ADISQ, car en plus d’être la première auteure-compositrice-interprète du Québec, madame Bolduc a été la première à donner une impulsion remarquable à l’industrie du disque et du spectacle », conclut l’historien.

Quand au fait de souligner le 90e anniversaire de La cuisinière au prochain Gala de l’ADISQ, l’équipe artistique a été mise au courant, mais rien ne confirme ou n’infirme que le tout sera intégré à l’événement. En attendant, Patrimoine Gaspésie invite toutes les personnes intéressées par ce dossier à leur envoyer un courriel, ainsi qu’à l’ADISQ.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média