Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

27 février 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Pit Caribou change de mains

AFFAIRES

Pit Caribou

©Photo Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

L'entreprise changera officiellement de mains le 1er avril prochain.

Importante transaction dans le monde brassicole québécois: la microbrasserie Pit Caribou changera de propriétaire alors que deux autres Gaspésiens prendront la relève dès le 1er avril prochain.

La nouvelle est tombée ce matin, une gracieuseté du journal Bières et plaisirs qui a été le premier à rapporter l’information. Après plus de 10 ans de bons et loyaux services, le temps était venu pour Francis Joncas de passer le flambeau à Jean-François Nellis (Caplan) et Vincent Coderre (New Richmond), deux Gaspésiens établis dans la Baie-des-Chaleurs. Les employés ont d’ailleurs appris la nouvelle ce matin et seront rencontrés par les nouveaux propriétaires vendredi. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé. Francis Joncas restera quant à lui dans le giron de l’entreprise pour encore trois ans afin de donner un coup de main et déjà des collaborations sont au programme entre Pit Caribou et son autre projet déjà mis en branle chez Brett & Sauvage, dans l’arrière-pays. La transaction comprend l’usine, la boutique et le pub à Percé. Francis Joncas restera cependant propriétaire de l’établissement au centre-ville de Percé et louera son infrastructure, en plus de conserver le pub ouvert à Montréal.

Marcher avant de courir

 

Pour l’instant, les deux nouveaux propriétaires veulent raffermir les assises de Pit Caribou, mais ont déjà quelques idées en tête et espèrent pouvoir continuer à faire croître l’institution qui a pignon sur rue à L’Anse-à-Beaufils. « À court terme on va faire de la consolidation. Il y a de l’amélioration à faire à l’interne et on a vu des points à améliorer. Au niveau de la productivité, le gros enjeu c’est d'en faire plus. On va aller en analyse complète pour ultimement produire plus et créer de l’emploi en région. C’est important; on veut développer 100% en région », analyse Jean-François Nellis, pensant notamment à faire sa niche dans les marchés de l’Ontario et des Maritimes. Pit Caribou produit environ 850 000 litres de bière annuellement et a créé à ce jour environ 60 bières. Une soixante d’emplois gravitent autour de l’entreprise (incluant le pub à Montréal).

Le grand saut

 

Même si Jean-François Nellis n’a aucune expérience directe dans le monde brassicole, il en connaît cependant un rayon dans le monde des affaires. Né à Caplan, détenteur d’un baccalauréat en Administration des affaires (profil ressources humaines) à l’UQAR et d’un certificat en économie et relations industrielles à l’Université Laval, l’homme de 37 ans était déjà dans le domaine alors qu’il était au Cégep au campus de Carleton-sur-Mer, ayant mis sur pied son entreprises de spectacles, la Société de diffusion acouphène. Il a aussi travaillé pour Pepsi et est revenu dans son patelin en 2015, devenant plus tard président de l’Inter-Gym de Caplan puis conseiller municipal en 2017. Rien ne laissait présager qu’un jour il se lancerait dans le monde de la bière, surtout qu’il ne connaissait pas du tout Francis Joncas avant l’automne dernier.

« En fait j’ai trouvé son numéro dans le 411 et j’ai appelé. C’était un vendredi vers 15 h et j’ai été chanceux parce qu’il était chez eux vu qu’il s’était blessé au dos; sinon il ne répond jamais à ce téléphone. On a jasé et ça fonctionnait au niveau des personnalités, de l’avenir de la business, de son personnel. Ça coulé comme de l’eau dans une rivière et ça s’est conclu aujourd’hui », explique-t-il.

Son acolyte Vincent Coderre est quant à lui un néo-gaspésien qui a fait le grand saut en 2016. Il est notamment derrière l’équipe de Seabiosis – qui œuvre dans le domaine de la transformation d’algues alimentaires – comme directeur financier. L’homme de 33 ans a succombé aux charmes de la région, et aux encouragements de son ami « On s’est connu lors d’un 5 à 7 de chambre de commerce à Drummondville La journée que je suis déménagé en Gaspésie, je suis allé dîner avec lui et il m’a dit qu’il était tanné d’être en ville alors je lui ai dit de venir … Et ben imaginez dont qu’il a déménagé, qu’il a rencontré sa blonde dans un party de crémaillère et a déménagé à New Richmond en 2016. Il a même acheté une terre agricole à Caplan, voisin de chez mes parents », s’exclame Jean-François Nellis. Comme quoi on ne sait jamais ce qui nous attend en faisant le saut en Gaspésie.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média