Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

30 janvier 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Six mois de prison pour Julie Laurencelle

JUSTICE

Porte cellule prison Amos 2

©Martin Guindon - Gaspésie Nouvelles

Julie Laurencelle a écopé d’une peine d’emprisonnement ferme de six mois.

Ayant plaidé coupable à un délit de fuite suite à un accident ayant causé la mort, Julie Laurencelle a écopé d’une peine d’emprisonnement ferme de six mois.

La décision a été rendue hier au palais de justice de Percé après une suggestion commune des avocats de la défense et de la Couronne.

Rappelons que la jeune femme de Cap-d’Espoir, qui était âgée de 25 ans au moment des événements, a happé mortellement Luce Hautcoeur vers 21 h le 6 août 2017. Cette dernière, qui souffrait d’un problème de santé mentale, était visiblement désorganisée lors de l’accident qui lui a coûté la vie, marchant sur la ligne jaune sur la route 132 à la hauteur de Sainte-Thérèse-de-Gaspé. Un appel avait d’ailleurs été logé au 911 pour qu’elle puisse recevoir de l’aide.

Selon les faits rapportés en cour, quatre véhicules étaient stationnés de part et d’autre de la route avec les signaux d’urgence enclenchés. Des témoins ont tenté de persuader la victime de se rendre à un endroit sécuritaire. En voyant les véhicules stationnés en bordure de route – et en face d’un camping – Julie Laurencelle aurait instinctivement dévié de sa trajectoire vers le centre de la route, happant mortellement Luce Hautcoeur, 62 ans. Dans un premier temps, l’accusée a pris la fuite et a embouti son véhicule dans un arbre. Quelques heures plus tard, vers 2 h du matin, elle s’est rapportée elle-même à la police.

La jurisprudence en matière de délit de fuite varie entre 6 et 18 mois de prison, selon les facteurs aggravants comme alcool ou la vitesse, deux éléments absents du présent dossier. En l’absence d’antécédents judiciaires, avec une reconnaissance des torts, des remords, un emploi stable et l’enregistrement d’un plaidoyer de culpabilité évitant la tenue d’un procès, les avocats de la défense et de la Couronne ont suggéré la peine minimale pour ce délit de fuite.

Aucune accusation n’aurait probablement été portée si Julie Laurencelle était restée sur place, puisqu’il s’agit au final d’un accident et qu’aucun élément criminel n’aurait possiblement été porté au dossier.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média