Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

07 décembre 2018

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

La Gaspésie fait le bonheur des producteurs de « slow tv »

TÉLÉVISION LENTE

Rivière Émeraude

©Photo Gracieuseté

La rivière aux émeraudes à Percé est en vedette dans l'un des épisodes de « Moment V » tourné par Camp de base 360.

Les décors gaspésiens et madeliniens font la joie des producteurs de « slow tv » ou télévision lente comme en fait foi les quelques 30 épisodes tournés par la boîte Camp de base 360.

L'idée de produire des épisode de télévision lente mettant en vedette des décors du Québec mijotait dans la tête du grand patron de Camp de base 360, Joël Quesnel, depuis déjà quelques années. C'est toutefois l'été dernier que le projet a pris forme lorsque la station V a commandé 80 épisodes qui seraient diffusés la nuit pour remplacer les tristement célèbres « Call TV » et « L'instant gagnant » dont l'éthique douteuse avait été décriée à maintes reprises par les téléspectateurs. « Moment V » est aussi diffusé à l'heure de « Salut, bonjour! » et autres émissions d'informations matinales.

Le pari semble avoir porté ses fruits puisque les cotes d'écoute de « Moment V » où l'on retrouve les épisodes tournés par Camp de base se situent autour de 13 000 téléspectateurs, un chiffre respectable pour une émission nocturne. Pour Joël Quesnel, ce genre de « slow tv » est un parfait antidote au rythme effréné de la vie d'aujourd'hui. « C'est une alternative à la vitesse. Ça permet aux gens d'absorber la beauté des paysages et d'offrir une contre-programmation à l'information en rafale diffusée aux autres postes. »

Beautés gaspésiennes

 

Lorsque Joël Quesnel et son équipe ont pris la route pour aller tourner leurs épisodes, ils n'avaient qu'une idée générale des endroits qu'ils voulaient filmer. « Souvent, tout se décide sur place. L'endroit qu'on avait ciblé ne sera pas nécessairement là qu'on tournera puisqu'on découvre d'autres lieux encore plus inspirants. C'est ce qui est arrivé en Gaspésie où on a filmé une quinzaine d'épisodes et aux Îles-de-la-Madeleine où on en a tourné près d'une vingtaine. »

Ne tourne pas de la « slow tv » qui veut même si les paysages sont majestueux. Le tout demande beaucoup de préparation puisqu'il n'y a pas de montage à la fin du tournage. Toutes les images sont prises telles quelles. « Il faut considérer la lumière, la météo, le moyen de transport, connaître les moments des levers et couchers de soleil et évidemment, s'assurer que le décor capturé en vaudra la peine », explique Joël Quesnel.

Pendant leur périple en sol gaspésien, Camp de base a tourné un épisode en véhicule récréatif de Matane à Cap-Chat, un autre en bateau à Percé puis à Carleton-sur-Mer. L'équipe a aussi capturé un lever du soleil près du Rocher Percé et au Mont-Saint-Joseph, une ballade sur la 132 sur le toit d'un véhicule récréatif et un moment passé à la rivière aux émeraudes. « Il nous reste encore tellement à explorer en Gaspésie, spécialement du côté nord. On se réserve ça pour la prochaine série d'épisodes. »

Rien n'est encore confirmé mais V aurait manifesté un intérêt pour une saison 2. Dans une entrevue accordée au Journal de Montréal, la vice-présidente du contenu de V télé, Brigitte Vincent, n'écarte pas la possibilité de commander de nouveaux épisodes en explorant différentes avenues, dont des paysages hivernaux.

 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média